LES INCESTUEUX JEAN PAUL LEBEL

EX AEQUO EDITIONS
Date de parution : 08/10/2017
ISBN : 9782359629743
15.00 €
 
Plus que 4 articles en stock
- +
 
 
Trois questions hantent ce roman. La vérité vaut-elle mieux que l'ignorance ? La répétition de l'inceste est-elle une fatalité ? La parole suffit-elle à guérir du silence ?
Ces questions, Louise se les pose depuis 47 ans, depuis le jour de la colère, ce jour funeste où elle osa, contre toute prudence, enfreindre la loi du silence en révélant ce qui aurait dû être tu. Elle n'avait pas 15 ans. Quarante-sept années de mépris et de rejet plus tard, elle s'apprête pourtant à recommencer. Cette fois, pense-t-elle, elle le fera moins brutalement.
Mais les évènements la rattrapent. De découvertes fortuites en retrouvailles inattendues, de confidences en révélations, la vérité de cette famille, par ailleurs lisse et sans histoire, apparaît. Elle est faite de drames anciens et de blessures jamais cicatrisées, de questions sans réponses et de silences contraints, de faux secrets et de curieux mensonges. Apparaissent également la fausseté des sentiments, la tyrannie du silence, le mélange des genres et des générations..
Dans ce livre, où se mêlent intrigue familiale, conte métaphorique et enquête généalogique, l'auteur explore les failles et les problématiques d'une famille incestuelle. 

Jean-Paul Lebel est agrégé de Sciences sociales, et enseigne dans la région nantaise. Il a co-écrit et co-dirigé plusieurs manuels scolaires, aux Editions Hachette. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages parus aux éditions Ellipses, dont Lire Alain Touraine : Sociologie de l'action. Passionné par l'écriture, il publie ici son premier roman.  

RESUME DE L'OUVRAGE 
« Les incestueux » est à la fois le portrait d'une famille faussement ordinaire, l'histoire de Louise tourmentée par son secret, le conte par lequel elle tente de se réparer elle-même, et le récit d'une enquête visant à résoudre l'énigme d'une photo curieusement datée.
Une énigme en appelant une autre, ce sont en réalité trois anomalies, trois taches dans la blancheur immaculée de cette famille qui seront dévoilées.
Gabrielle (la mère de Louise) n'est pas morte d'une attaque cardiaque, comme le prétend la version officielle. Elle ne s'est pas davantage suicidée, contrairement à ce que Louise pensait. Meurtre ? Accident ? Toujours est-il qu'elle est morte une heure avant le retour de Louise après 7 ans d'absence. Une heure avant qu'elle ne lui révèle la raison qui l'avait poussée à lui demander de revenir de toute urgence.
Louise n'a pas quitté la maison à 15 ans parce qu'elle était enceinte. Elle est partie pour fuir son grand-père, Marcel, et les agressions dont elle était victime. Elle est partie le jour de la colère. Elle est partie parce qu'avoir dénoncé les agissements de Marcel ne lui avait valu qu'une insulte, une claque et la certitude de n'être jamais crue.
Lucile n'a pas fini sa courte vie au couvent, comme le veut son hagiographie, mais dans un refuge du Bon Pasteur, sorte de maison de redressement dans laquelle on plaçait les jeunes filles perdue, délinquantes, débauchées, les filles mère aussi.. Lucile était-elle enceinte ? Mais pourquoi avoir menti sur la date du décès ? Et qu'est devenu l'enfant ?
Deux évènements vont inciter Louise à écrire son conte. La mort de Blanche, tout d'abord, qui fut aussi, comme Gabrielle, victime de Marcel. Elle reste alors la dernière victime vivante à pouvoir lever le secret. Les confidences de sa nièce Lucille, ensuite, victime des agissements de son frère Ludovic depuis des années. Il faut rompre l'infernal engrenage de la répétition. Le conte est alors le moyen de mettre des mots sur l'indicible. N'est-ce pas aussi une façon de fuir la confrontation ?
Sept chapitres sont consacrés à ce conte. S'y mêlent le conte lui-même et le récit de sa douloureuse écriture. Louise allégorise sa famille sous la forme d'un village dont la tranquillité sereine va être perturbée par l'arrêt du temps, matérialisé par la panne de son unique horloge. La révélation d'un secret jusque-là bien gardé dans un coffre camouflé en autel de l'église mettra les habitants village face à un choix crucial : accepteront-ils d'affronter la réalité, toute douloureuse qu'elle soit, ou préfèreront-ils maintenir l'illusion ?
Douze personnages constituent le support des autres chapitres. Neuf font avancer l'intrigue tout en dessinant le portrait d'une famille sans histoire se fissurant au gré des révélations successives, chacun étant à la fois porteur inconscient du secret (c'est le propre des secrets de famille) et dissimulateur conscient du fragment dont il est le détenteur. Mais les failles sont autant d'interstices par lesquels entre la lumière. Elles font apparaitre la vérité des êtres dans leur complexité, interdisant tout jugement moral définitif.
Dans une famille incestuelle, dont l'une des hantises est l'intrusion du monde extérieur dans un fonctionnement clos, seule l'intervention de tiers peut soigner, sinon guérir. Dans notre histoire, cette intervention est matérialisée par l'improbable alliance entre un curé, un juge et une prostituée. A eux trois, ils parviendront, à la toute fin du roman, à faire taire l'insupportable silence, à entrebâiller la porte du dialogue jusque-là impossible, à faire couler un mince filet de paroles. Cela suffira-t-il à la guérison ?
Le lecteur n'en saura rien. En revanche, il finira par connaitre le secret originel, le tabou des tabous, la matrice de tous les malheurs de cette famille. Mais notre trio choisit d'en détruire l'unique preuve, la dernière trace, laissant la famille dans l'ignorance et le lecteur dans une réflexion qu'on espère productive.    
  • ISBN : 9782359629743
  • Titre : LES INCESTUEUX
  • Auteur : JEAN PAUL LEBEL
  • Editeur : EX AEQUO EDITIONS
  • Nb Pages : 168


Plus de 20 000 références Tous domaines confondus
 
Daudin Distribution - 2013 - Tous droits réservés